Histoire de la commune

               Saint-Génard commune française de 1200 hectares située dans le département des Deux-Sèvres et de la région Poitou-Charentes possède un habitat éparpillé en plusieurs petits hameaux essentiellement situés le long des cours d’eau : la Marseillaise, la Berlande, la Coudrière et la légère.

Le village principal s’appelait primitivement Nossay (Villa Nauciacus). Il fut le berceau d’une famille de la noblesse poitevine bien attestée dès le XIIe siècle, les Nossay Seigneurs de Mont (Château ruiné situé non loin du village).

Le nom de Saint-Génard vient de l’église paroissiale : on est passé progressivement, au cours des siècles, de « Nossay » à Saint-Génard de Nossay puis à Saint-Génard tout court.

L’église se trouve en pleine campagne, à environ 500 mètres du village. Il s’agit probablement à l’origine d’un ermitage fondé à l’époque mérovingienne. Une vaste nécropole s’est constituée autour de ce sanctuaire à l’époque carolingienne. Puis un prieuré de l’abbaye de Nouaillé-Maupertuis a été installé au milieu du cimetière ancien, à coté du sanctuaire. Ce prieuré a été détruit lors des guerres de religion.

L’église actuelle, de style roman, date probablement du XIIe siècle et contient deux gisants du XVe siècle.

Les habitants de Saint-Génard sont des « Saint-Génardais, Saint-Génardaises »

Patrimoine

22 09 11 16     « Laissez vous conter... le site archéologique de Saint~Génard »    22 09 11 21

Le site archéologique de Saint-Génard a été découvert de manière fortuite en 2004, lors de travaux destinés à l'agrandissement du cimetière de la commune. Depuis, plusieurs fouilles, d'abord de sauvetage, puis programmées, se sont succédées. Une nécropole du Haut Moyen Âge et les fondations de plusieurs bâtiments, composant un ancien prieuré, ont été mis au jour. La nécropole comporte deux types d’inhumations : des sépultures en sarcophages et des fosses dites rupestres, creusées dans le calcaire. Ceci pourrait témoigner d'une évolution temporelle des pratiques funéraires, mais l`étude anthropologique (c`est-à dire l`analyse des ossements) plaide plutôt en faveur d'une distinction entre les individus au cours d`une même période. Les sarcophages sont tous constitués d'une cuve monolithe trapézoïdale. La plupart des couvercles n`ont pas été retrouvés, et ont visiblement été récupérés pour les fondations et les murs du prieuré. Ceux conservés sont ornés de variantes du schéma traditionnel poitevin a trois bandes transversales. Les fosses rupestres ne sont pas de simples dépôts en pleine terre : certaines d'entre elles suggèrent des aménagements de type coffrage en bois, aujourd’hui disparus. L`existence d'un prieuré à Saint-Génard, dépendant de l'abbaye de Nouaillé-Maupertuis, est suggérée par les sources à partir de la seconde moitié du XII° siècle, période où a été bâtie l`actuelle église romane. Celle-ci aurait alors remplacé un premier édifice de culte, mentionné en 1118, et sa construction pourrait donc être contemporaine du prieuré. Le mur nord de la nef, seul témoignage de l'église primitive, a été intégré dans le nouvel édifice. Deux premiers bâtiments monastiques sont construits à la fin du XII° ou au début du XIIIsiècle, puis sont partiellement démolis pour laisser place à un nouveau bâtiment. Ces transformations peuvent avoir eu lieu à la fin du XIII° siècle ou au début du XIV° siècle, lorsque le prieuré bénéficie des faveurs des seigneurs de Monts, et que ces derniers installent leurs gisants en enfeus dans la nef de l`église. Au cours des XVet XVI° siècles, ce nouveau bâtiment connaît plusieurs transformations, telles que l'installation d'un vestibule comprenant un escalier en vis, ce qui indique l`existence d'un étage. Le mobilier retrouvé (monnaies, céramiques...) témoigne de l`abandon du site, suivi d`un pillage, dans la seconde moitié du XVI° siècle. Plusieurs textes attestent de la destruction du prieuré au cours du XVII° siècle, à la suite de dommages causés lors des guerres de Religion.

Voir les photos des fouilles, cliquer sur le lien suivant: Cimetière

Randonnée

              Partant de la Tonnelle, en empruntant le chemin de randonnée balisé en jaune, vous y rencontrerez peut-être le chasseron avec sa charrette et sa mule transportant le blé aux moulins ou la farine aux villageois. Une halte à l’église de Saint-Génard classée par les monuments historiques s’impose. Des fouilles récentes ont permis la découverte de sarcophages.

Pour télécharger, un circuit rendez vous sur le site de l'office de tourisme de melle en cliquant sur le lien suivant

http://decouvertes.paysmellois.org/index.php/component/search/?searchword=randonn%C3%A9e%20saint%20g%C3%A9na&searchphrase=all&Itemid=431

 

ATELIER MOSAÏQUE

 

SICAULT Christian à Puy-Berland Tél : 05.49.27.20.43

 

courriel

 

site internet

×